Polar Islandais : Étranges rivages - Arnaldur Indriðason


Chronique

C'est curieux cette tendance à faire des classements, vous ne trouvez pas ? À placer le 1er, le 2d ... Moi aussi je vais céder à cette manie en plaçant ce roman en haut du classement des romans d'Arnaldur Indriðason. C'est un peu osé et pour deux raisons.
  • Je n'ai pas tout lu ! J'ai même sciemment évité quelques romans. Lesquels ? Ceux sans Erlendur. Pourquoi ? C'est lui le cœur de l'intrigue, le moteur qui pousse tout le monde à chercher, à parler du passé, à donner des indices malgré eux.
    Pourquoi ? Pour des disparus, mais surtout pour ceux qui sont restés. Sans réponses...
    Erlendur est lui-même hanté par la disparition de son jeune frère et l'inavouable culpabilité ("si ...") qui l'accompagne.
    Jetez un œil à la citation ci-dessous...
  • L'autre raison : ce roman est comme un sommet. Si on vous y dépose sans avoir approché, escaladé alors quel intérêt ? Le panorama sera beau ou poignant... mais pour apprécier, appréhender pleinement ce roman il faut avoir passé du temps avec l'homme qui ne peut, ne veut pas expliquer ou transmettre ce qui le poursuit.
Alors, lisez les autres romans d'Arnaldur Indriðason. Ceux qui parlent d'Erlendur et plongez-vous ensuite dans ce tome.
C'est le plus personnel. C'est le tome Erlendur. Celui où il essaye de solder les comptes à sa façon : en s'intéressant aux autres disparus, en parlant, en laissant parler, en respectant les silences, en suivant son intuition et peut-être à la fin en se délivrant lui-même.

Citation

Une citation qui cerne très bien Erlendur :
S’agissant des disparitions, le temps ne changeait rien à l’affaire. Certes, il finissait par endormir la douleur, mais il en faisait la compagne quotidienne de ceux qui restaient en la rendant plus profonde, plus sensible, délicate, d’une manière qu’il ne s’expliquait pas vraiment

Commentaires

  1. Il faut que je lise cet auteur un jour, ce n'est pas la première fois que j'en lis du bien :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire