Saga Post Apocalytique : Alone Intégrale de Thomas Géha


Résumé

Dans une France post-apocalyptique, nous suivons des survivants.
Ils survivent seuls ou en petits groupes. Ils errent dans un monde qui retourne à l'état sauvage. Ce sont les Alones.
D'autres restent rassemblés derrière un chef tyrannique, un culte ... Ce sont les rasses.
La nature reprend ses droits mais pas seulement. L'effondrement de la civilisation voit quelque chose d'autre se lever, quelque chose qui n'est plus vraiment humain.

Avis

J'avais la première partie (lisez mon avis ici). 3 ans et demi après, je profite de la sortie de l'intégrale en eBook pour replonger.

Ce que j'ai aimé :


  • l'aspect saga : dans un récit de longue durée, nous avons de temps de croiser / recroiser  les personnages à de multiples reprises. Les personnages évoluent, mûrissent. Les confrontations connaissent des rebondissements.
  • on croise de nombreux groupes différents :
    des dingues qui suivent un culte factice,
    des pirates,
    des plus tout à fait humains,
    d'autres alones,
    et même un groupe qui veut préserver les artéfacts de la civilisation disparue
  • C'est du vrai post apocalyptique : survie, civilisation disparue que certains veulent reconstruire (presque tout le temps de leur façon parfois malsaine, souvent malsaine en fait)
  • Quelque chose de nouveau émerge.
    Je ne vais pas spoiler mais l'homme lors sa chute a effacer certaines frontières entre l'humanité et nature.

Ce que j'ai moins aimé : 

  • Les alones vivent en marge de tout groupe humain. Cela n'encourage pas à l'usage d'un vocabulaire subtil. Leurs attitudes reflètent ce manque de lucidité. L'action prime sur la réflexion. Et comme le narrateur est lui-même un alone, ce manque de subtilité a fini par me peser.

Conclusion

Pour ceux qui aiment le post-apocalyptique et qui veulent trouver un long récit avec de multiples personnages cette intégrale est faite pour vous.

Où la trouver ?

Commentaires

  1. Peut-être qu'un jour je lirai "Alone". Mais je vais d'abord terminer de lire son diptique fantasy.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire