Manga Les vacances de Jésus & Bouddha, Tome 1 à 7 - Hikaru Nakamura


Tome 1

 

Un manga qui détend...
Jésus et Bouddha sont sur terre en colocation à Tokyo. Nous les suivons dans leur vie de tous les jours pleins de quiproquos.
Quasiment, tous les gags sont liés au décalage entre leur divinité et la vie courante au Japon pour de simples mortels.
Ils sont rentiers donc pas de gags liés au monde du travail.

Chaque thème est traité en une quinzaine de pages. Les références à leurs vies précédentes sont fréquentes, mais abordables.

Le dessin est parfois un peu trop réduit et bâclé. Est-ce une tare du premier tome ?
Avec le succès, davantage d'assistants seront-ils affectés aux tomes suivants ?

Ce n'est pas le manga humoristique du siècle, mais j'y ai passé de bons moments de lecture.


Tome 2

 

Divertissant, je continue de suivre les aventures de Jésus & Bouddha.
Pour ceux qui n'auraient pas lu mon avis sur : "Les vacances de Jésus & Bouddha, Tome 1", si vous cherchez une lecture de haute spiritualité passez votre chemin. Le ton de la série est léger et très terre à terre.
On passe de bons moments surtout quand Bouddha cherche à fêter l'anniversaire de Jésus. Pas facile avec toutes les décorations de Noël à Tokyo !
Nos deux divinités se mettent ensuite au sport et passent ensuite à Akihabara.

Jésus résiste mal à ses pulsions d'achat et Bouddha tient le rôle du radin ou du moins de celui qui modère les dépenses.

Drôle sans être exceptionnel je continue avec le tome3.

Tome 3

On retrouve Jésus & Bouddha qui sont toujours aux prises avec la vie quotidienne.
Même découpage que les tomes précédents : en une quinzaine de pages on suit Jésus et Bouddha dans une nouvelle expérience.
Pour ce tome, le meilleur moment est l'onsen.
On retrouve un personnage croisé auparavant : un Yakuza
Sur une méprise, il pense que Jésus est le fils d'un boss...Ce qui est un peu vrai dans un certain sens
Sympathique et drôle je continue

Tome 4


Nous suivons toujours Jésus et Bouddha qui découvrent quelques fêtes japonaises. Saint Valentin est par exemple un prétexte à des quiproquos.
Le thème des jeux vidéos lui par contre n'est pas assez ou mal exploité.
L'humour se base comme lors des précédents volumes sur le décalage entre les situations réelles et la façon de réagir de ces deux grands fous.
Il y a malgré tout une répétition des ressorts comiques.
Souvent, une personne qui écoute des conversations divines les prend pour des dialogues sur des évènements terrestres. Ce qui provoque un décalage parfois drôle. Mais moins drôle si la situation se répète.
Il est temps de faire une petite pose dans la série pour y revenir un peu plus tard. Il faut parfois faire un petit détour ailleurs pour mieux apprécier.

Tome 5


Amusant, mais en manque cruel de nouveautés
J'ai souri plusieurs fois. Je n'ai pas ri.
Comme une impression d'avoir fait le tour : il y a 2 personnages principaux et leurs disciples. Les disciples ne font que passer. Peu de caractères secondaires marquants ! Les situations en deviennent habituelles.
Avec des tomes, mettant au centre un disciple, un saint ... la série aurait pu prendre une autre ampleur. Les personnages terrestres font des apparitions uniquement pendant quelques cases.
Je continue quand même ... cela détend.

Tome 6


Une petite pose s'impose.
Je viens de lire le tome 5 et l'humour étant toujours le même une certaine lassitude s'empare de mois.
Il faudrait un bon coup de fouet : un humour un peu plus décapant ferait du bien.
L'humour est toujours très gentil dans la série : il se base exclusivement sur le décalage entre la nature des deux protagonistes et le Japon moderne.
Soit la série ose plus de digression soit ... je trouverais d'autres mangas à lire.

PS: Ils pourraient faire des efforts sur le graphisme (surtout les visages) 

Tome 7 


Le tome 7 sera le dernier de la série que je vais lire. La série ne sort pas de son carcan : les quiproquos provoqués par la différence entre leur nature divine et leur banale vie sur Terre.
C'est gentil, mais au bout de 7 tomes le filon est déjà très largement épuisé

Commentaires