Littérature japonaise : Miso Soup Ryû Murakami

C'est la première fois que je lis un roman de Ryû Murakami. J'ai lu comme beaucoup des romans d'Haruki Murakami autre auteur japonais contemporain. Autant Haruki est onirique et aérien autant Ryû est plongé dans le réel.
Exemple : Chez Haruki, on rencontre une SDF qui parle aux chats. Ici un SDF pue, se fait tabasser ou tuer. Très différent non ?

Nous suivons Kenji qui guide les étrangers dans les quartiers les plus chauds de Tokyo. Il connait bien le milieu et les emmènes dans les bars, les peep-shows ... Kenji accompagne donc un client américain : Franck. Franck est spécial.Il est bien plus que spécial : il est terrifiant. En fait non pas terrifiant, mais qui met mal à l'aise. Sentiment diffus pour Kenji, mais qui au fur et à mesure se précise : Franck serait-il l'assassin de cette lycéenne retrouvée démembrée. Kenji balance entre fascination et peur dans une sorte de voyage initiatique au cœur de Tokyo. Un voyage initiatique qui ne débouchera pas sur une quelconque paix intérieure, mais révèlera la vraie nature de Franck.

Ce qui marque le plus dans ce voyage est la vacuité absolue de la vie des acteurs du marché du sexe à Tokyo. Une sorte de désespoir permanent semble caractériser chaque rencontre. Pour l'auteur, il est clair que ce vide dans les âmes des bas-fonds de Tokyo est un révélateur, une prémonition de la désintégration de la société japonaise.

Un voyage initiatique parfois sordide, sans hypocrisie aucune et terriblement humain.

Note :


Avis garanti sans service de presse


Achat :


Commentaires