Un soupçon d’éternité de Freddy Woets


Résumé éditeur 

Tout commence par un verre de trop, un instant d’inattention, un bus… et un type écrasé sous les roues. Ça crie, ça hurle, le type se relève et se contemple, raide écrabouillé sous la gomme… et du coup, tout se complique. Quitter un bistrot pour l’Éternité, ça n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Voilà notre mort en route pour un road-trip entre deux mondes, celui des vivants qui ne le voient pas, celui des trépassés qui errent dans l’éternité ; le paradis, l’enfer, c’est bon pour ceux qui y croient ! Mais surtout, le temps va être long… dans quatre milliards d’années le soleil commencera à rougir, à gonfler, à absorber la terre avant d’exploser. Dans quarante milliards d’années l’énergie noire aura eu raison de l’univers et il ne restera que ténèbres et protons. Il se demande ce que ressent un proton dans les ténèbres… En attendant, les gens passent sans le voir, et aucun fantôme en vue. Où sont donc passés les morts ? Et s’il allait hanter Paris ? Soudain, au hasard d’un wagon (oui, même les morts aiment le train), la rencontre foudroyante : Lee-Lou. Elle est jeune, belle, et surtout, elle a le goût de l’amour. Mais peut-on être amoureux quand on est mort ?

Avis

J'avais aimé Chalk alors c'est avec plaisir que j'ai entamé "Un soupçon d’éternité".
Il m'est difficile de faire une chronique de ce roman.
Pourquoi ?
Tout le monde ou presque sait écrire, mais savoir raconter son expérience de lecture c'est autre chose !
Comment parler du rêve intimiste d'un auteur ? Des errements d'un fantôme ? Du passage du statut de vivant acteur de la vie (ou pas grande question) à celui d'observateur (puis bien plus).
Au début, le fantôme erre sans comprendre, sans limites, et le style nous plonge dans le même trouble (amusante convergence). Mais le dialogue s'instaure (avec qui ? ... surprise : Il n'y a pas que Lee-Lou). Les rencontres sont savoureuses, et dans ce roman : le dialogue incarne !

Lee-Lou a bien plus de ressources que ne pouvait le supposer son médiocre "géniteur". Géniteur que l'on pourrait reconnaitre bien trop souvent dans le monde des vivants auteurs.

Le fond en est comme dans Chalk, une fine observation de la société et plus précisément de l'édition et de l'art.

Autres Avis

Retrouvez le roman...

Chez son éditeur Numerik Lire
ou en achat chez 7 Switch :

Commentaires