La Compagnie - Robert Littell


De quoi ça parle

Mêlant astucieusement fiction et réalité, héros romanesques et personnages historiques, cet ambitieux roman révèle au grand jour les mécanismes de fonctionnement de l'une des organisations les plus secrètes au monde : la CIA. Saga qui se déroule sur près d'un demi-siècle, La Compagnie lève le voile sur la réalité de certains épisodes clés de l'histoire contemporaine :
Budapest, 1956 : les opposants au régime sont envoyés à l'abattoir, faute de l'intervention espérée des États-Unis au moment décisif.
Baie des Cochons, 1961 : la mission clandestine de la CIA tourne au désastre.
Afghanistan, 1983 : juste après avoir rencontré le commandant Massoud, un jeune agent se fait prendre en otage par des islamistes.
Russie, 1991 : un espion russe, de retour des États-Unis, se remet en question et aide à déjouer le putsch contre Gorbatchev.
Fin chroniqueur d'une guerre froide dont il sait restituer toute la complexité, Robert Littell, dans ce roman fascinant, porte un regard approfondi sur la façon dont une nation a exercé le pouvoir, pour le meilleur et pour le pire, dans la seconde moitié du XXe siècle.
Une histoire romancée de la CIA depuis sa création jusqu'à aujourd'hui. Narre quelques épisodes cruciaux de l'histoire contemporaine : la révolution hongroise, la crise de la baie des Cochons, le conflit russe en Afghanistan, le putsch qui a évincé Gorbatchev et met en scène des personnages complexes mus par leur propre ambition.

Mon avis

Un long livre passionnant : 1000 pages d'espionnage sur des décennies au travers de génération d'espions.
Le roman est captivant. Il couvre la période contemporaine depuis les débuts de la guerre froide jusqu'à la fin de l'URSS. On se fait en passant une bonne révision de quelques évènements historiques du XXème siècle.

L'auteur à l'intelligence de se concentrer sur quelques évènements phares et quelques personnes. On ne s'égare pas et parfois la partie d’échecs se joue en plusieurs coups chacun espacé sur des années.
Les opérations sont vécues à tous les niveaux depuis l'infiltré sur le terrain jusqu'au président américain. Tout y passe : les filatures, les faux transfuges, les taupes, les soupçons, ...

On commence en fait à suivre un groupe de nouvelles recrues de la CIA qu'on retrouve tout au long du roman parfois au travers de leurs enfants. Et oui, la CIA est une histoire familiale : la pression est énorme et modèle les familles autour d'un secret inracontable. On sacrifie toute sa vie pour la cause aussi bien d'un côté que de l'autre.

Le côté russe n'est pas oublié même s'il est moins présent et je trouve assez caricatural.

Le seul problème : c'est un roman ! Qu'est-ce qui est réel (le récit est volontairement réaliste et crédible) ? Qu'est-ce qui tient de la fiction ? Difficile de le savoir.

Palpitant vous ne lâcherez pas facilement le roman.

Commentaires