Gen d'Hiroshima, tome 4 - Keiji Nakazawa

Ils ont réchappé à la bombe. Les survivants de la famille sont réunis. Maintenant, il faut survivre. Ne pas mourir de faim est déjà un exploit. Et là pas de solidarité entre les survivants. Adultes et enfants sont impitoyables. Les plus forts s'organisent. Les yakuzas profitent du fait que la police soit discréditée et pratiquement absente. 

Les victimes de la bombe ne sont pas soutenues au contraire ! Il suffit de perdre ses cheveux pour être humilié et rejeté.

C'est le tome des premiers contacts avec les Américains. Gen mesure alors la différence entre la propagande, les rumeurs et la réalité. Ils ne sont pas les monstres de la légende. Mais ils profitent de la situation.

Comme les autres tomes, c'est dur. La narration passe parfois en une seule case de la plus grande joie au désespoir le plus total.

S'il ne fallait lire qu'un seul manga, ce serait la série "Gen d'Hiroshima"

Lisez mon avis sur le tome 3

L'histoire

Dans ce quatrième volume de la saga Gen, les membres rescapés de la famille Nakaoka sont enfin réunis. L'action, moins condensée que dans les trois volumes précédents, se déroule sur deux années, qui correspondent aux débuts de l'occupation américaine et à la découverte des conséquences mortelles des radiations nucléaires. Dans un pays en ruines où règnent désormais le non-droit et la loi du plus fort, le jeune Gen continue d'inventer, pour lui, sa famille et ceux qui croisent leur chemin, des moyens de survie.

Commentaires

  1. Ca a l’air poignant, ton résumé m’a fait penser au « Tombeau des lucioles ».

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait.
    C'est très proche.
    Il y a, contrairement au tombeau des lucioles, des moments drôles entre enfants.
    Mais le ton général est très dur. On y perd sa foi en l'être humain.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire