Un bon polar Japonais : Le Dévouement du suspect X - Keigo Higashino

Résumé Éditeur

Ishigami, un professeur de mathématiques, est amoureux de sa voisine, Yasuko Hanaoka, une divorcée qui élève seule sa fille. Mais son ex-mari a retrouvé sa trace et la harcèle. Elle le tue en cherchant à protéger sa fille qu'il a attaquée. Ishigami, qui a tout entendu, y voit l'occasion de se rapprocher d'elle et lui propose son aide. Il entreprend alors de maquiller le crime en le considérant comme un problème de mathématiques à résoudre... Un roman noir sur la folle logique de la passion.

Avis

C'est un polar pour lequel on connait les suspects, les policiers, le meurtre.
Pourtant, il y a matière à un excellent suspens et à un combat. Car il y a combat entre l'ami de l’enquêteur physicien universitaire et Ishigami mathématicien.

Le combat est passionnant bien qu'un peu cérébral. Ce côté cérébral est ce que je reproche à un autre polar de l'auteur : La prophétie de l'abeille. Le plan est bien construit et la recherche de la vérité passe par un affrontement d'intelligences. Le raisonnement affronte l'intuition.

Heureusement les acteurs sont multiples. Ce n'est pas un combat à 2 comme un Hercule Poirot seul face au meurtrier. Mais il y a un peu d’Agatha Christie dans ce roman tant les rebondissements et les informations sont savamment distillées.

Par contre comme dans La maison où je suis mort autrefois, les personnages féminins apportent ce qu'il y a de plus fort et de plus émouvant dans ce roman. Même si je dois bien l'admettre, il me reste un sentiment d'incrédulité concernant Ishigami. Comment peut-il proposer autant son aide à sa voisine ? C'est ce côté passionnel qui n'est pas assez développé (ou alors trop tardivement).

Keigo Higashino dépeint en fin de compte une société dans laquelle les femmes ne sont pas maitres de leur destin quoiqu'il arrive.

Du même auteur

Si vous aimez le côté intellectuel et l'analyse de la société lisez La prophétie de l'abeille.
Si vous aimez un polar plus intime lisez La maison où je suis mort autrefois

Autres avis


Commentaires

  1. Ça me donne envie.
    Il faudrait que je l'essaye.

    Merci pour cette chronique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire