Monsieur Malaussène de Daniel Pennac

Résumé éditeur

Et si pour une fois, la tribu Malaussène s'agrandissait par le fils, et non par la mère ? Et si Malaussène, rescapé, recousu, réanimé d'un précédent épisode (La Petite Marchande de prose) décidait de sauter le pas avec sa Julie d'amour, revenue elle aussi d'encore plus loin (La Fée carabine) ? C'est vrai que d'habitude, dans la tribu, on fête une naissance à chaque fois que la mère est amoureuse : elle part vivre son amour loin des yeux mais jamais loin du coeur, et puis elle "réapparaît", enceinte, pour repartir sitôt le petit nouveau bien arrivé. Mais cette fois, elle est revenue toute seule, désemparée et muette. Alors, c'est au tour de Ben de prendre la relève. Sauf qu'évidemment, à Belleville, ça ne peut pas se passer aussi simplement : sinon on ne serait pas chez les Malaussène... Pour la quatrième fois, Pennac nous fait la grâce de redonner vie à son héros, et comme les enfants quand Ben leur raconte des histoires, on se surprend presque à crier "la suite, la suite !". --Karla Manuele

Avis 

J'ai eu un peu de mal à m'y remettre. Je n'avais pas lu de "Malaussène" depuis plusieurs moi.
La saga manie la métaphore comme peu d'autres romans. Les premiers chapitres ont été à ce propos
peu facile. J'avais parfois un peu de mal à deviner ce qui se passait réellement. 
Une mise en scène est organisée pour des huissiers. Je me suis demandé plusieurs fois ce qui se passait vraiment.

Ensuite, l'histoire devient moins triviale et plus grave. C'est là que j'ai vraiment accroché au roman. Avec l'habitude revenue, métaphores et personnages très hauts en couleur complètent très bien un fond somme toute assez sordide.

Il est vrai que la saga Malaussène n'est pas le règne de la subtilité. On peut s’agacer des personnages exagérés dans une seule dimension : le flic trop pourri ou trop compréhensif, la crapule trop repentie, le médecin trop bon, le chien trop épileptique ...
Cela peut en rebuter plus d'un.

Pour ma part, l’exagération des situations et des personnages, même si elle fait perdre en crédibilité ne gâche pas le plaisir de lecture. Le roman est passionnant. J'ai passé un bon moment et c'est une mine de citation. 
Finalement derrière un voile de burlesque, la saga nous raconte bien des choses sur nous même.

Pour conclure : 
Un tome à la fois drôle, dramatique et touchant.

eBook

L'eBook est problématique :
  • DRM
  • Marges excessives et qui ne peuvent être réduites
  • Interlignes excessifs et qui ne peuvent être réduits
  • Table des matières buggée

Commentaires