"Les Eltychev" de Roman Sentchine

Résumé

« Si la vue de la terre noire et nue, des arbres pareils à des squelettes, n’avait rien de réjouissant, ils se sentirent encore plus mal à l’arrivée de la neige. »

Les Eltychev, roman de la province russe, raconte la déchéance et la chute d’une famille ordinaire. Il est vrai qu’ils ne tombent pas de très haut… Le père, Nikolaï, est policier dans le chef-lieu de la province ; sa femme, Valentina, a péniblement réussi à s’extraire de son hameau perdu. Un de leurs fils est en prison, l’autre n’est qu’un bon à rien. À la suite d’une bavure, Nikolaï est radié de la police et doit rendre son appartement de fonction. La famille décide de partir s’installer dans le village où a grandi Valentina, à cinquante kilomètres de la ville. Dans une atmosphère minée par l’alcool, la pauvreté et l’absence de travail, les Eltychev passent l’hiver comme engourdis. Le printemps leur apportera quelques bribes d’espoir, vite envolées.

Avis

Le récit

J'avais envie de lire de la littérature russe contemporaine.
"Les Eltychev" dépeint cette société laissée de côté par les grands changements survenus.
Il n'est pas question de gens importants, ni gens s'étant enrichis grâce au passage au système capitaliste, ni même de gens habitant en ville.
Passé les premiers chapitres, les Eltychev sont contraints de partir à la campagne.

Ce n'est pas un retour à la nature ! C'est au contraire subit et sans issue.
Les hivers sont rudes, les printemps et automnes sont pluvieux. Seul l'été est bénéfique. Mais ce bref intermède laisse de moins en moins d'empreintes dans le récit.

Le village est loin de la ville. Aucun travail. Tous les villageois sont en mode survie.
Peu de solidarité entre villageois : on se méfie, on se jalouse, on se vole, on se tue, mais on boit ensemble.
L'alcool est un des thèmes récurrents du roman. Elle fait des ravages.

La famille n'est pas d'un grand secours : pas de proches. Les relations entre le père, la mère et les deux enfants sont entachées de reproches. Chacun reprochant aux autres de les avoir conduits dans cette impasse.

Les Eltychev sont comme prisonniers de leur propre sort.

C'est une lecture éprouvante. Non pas par un manque qualité du récit, mais par cette lente, mais inexorable descente vers une fin.
Ce n'est pas forcément un livre à lire en automne lorsque l'hiver approche !

Le fond

Le roman alterne la narration des différents membres de la famille Eltychev. 
Le style est limpide. Il alterne descriptions, dialogues et réflexions avec le bon dosage.
Pas d'envolées poétiques dans ce récit (nous ne sommes pas dans un Zola qui prend lui des libertés avec le réalisme).
Le réalisme de Roman Sentchine est implacable.
Quelques blancs arrivent à point nommé pour ne pas tomber dans le sordide.

Proximité

Ce roman est assez proche de "La route" de Cormac Mc Carthy. Les rapports humains sont durs. Le quotidien, la nourriture, le froid prennent beaucoup de place dans la vie des protagonistes. À l'inverse de la route cependant les Eltychev se sentent beaucoup plus moralement que physiquement acculés.

Je peux aussi faire un parallèle avec "Le tombeau des lucioles".
Le roman est d'un style d'écriture trop différent, mais film et roman racontent aussi cette descente vers la mort. Dans le tombeau des lucioles, il reste encore cet amour entre frère et soeur.

Masse critique

C'est un livre lu dans le cadre d'une masse critique

tous les livres sur Babelio.com

Commentaires