Mitsuba par Aki Shimazaki très beau roman japonais


Résumé editeur

Quand la compagnie d'import-export Goshima de Tokyo se propose d'affecter Takashi Aoki à sa succursale de Paris, ce jeune employé prometteur se trouve à un point tournant de sa vie puisqu'il vient de rencontrer enfin la femme avec qui il souhaite fonder une famille, Yûko Tanase. Mais il sait aussi que les lois silencieuses et impitoyables de sa société, à l'intransigeance impériale, peuvent écraser d'un doigt les relations humaines des êtres qui ne font pas partie des puissants. Qu'adviendra-t-il alors de la promesse des amoureux, faite au café Mitsuba ?

Des romans qui se répondent...

 Aki Shimazaki écrit de courts romans qui sont racontés à la première personne. Le point de vue est très centré sur le narrateur qui décrit avec sobriété et introspection son parcours, ses motivations, ses doutes et ses sentiments.
On croise de multiples personnages . Collègues, serveurs, serveuses, chefs, employés, frères et soeurs.
D'autres romans d'Aki Shimazako (Zakuro, Tonbo, Tsukushi ) racontent l'histoire de personnages très importants ou brièvement rencontrés dans un autre opus.
On découvre alors ce qu'on n'avait pas compris : Pourquoi cette personne part t'elle ? Pourquoi se marie t'elle ou refuse ? .... Bien des points de vue s'expliquent alors.

Mais chaque roman se lit indépendamment des autres. Les autres romans ne sont pas des suites. Ce sont des trajectoires qui se croisent et se répondent...

Un très beau roman

Nous suivons Takashi Aoki employé japonais célibataire.
Dans ce roman, les thèmes de la pression sociale aussi bien sur le lieu de travail que la pression pour se marier sont centraux.
C'est une excellente façon de découvrir le fonctionnement de la société japonaise.

On découvre au fil des pages comment on déconsidère les employés qui ne socialisent pas le soir avec leurs collègues. On découvre la difficulté des relations hommes femmes et la très grande difficulté pour afficher ses sentiments !

Le roman se passe il y a vingt ans et les mariages arrangés sont légion (le sont t'ils encore ?). Ceci couplé à un fort engagement des employés qui restent trop tard et acceptent des déplacements et des missions même le dimanche, rend les relations humaines ou amoureuses ténues et difficiles.
Même entre collègues de longue date, on se connaît si peu !

Takashi Aoki est seul. D'une solitude effrayante, je trouve.

Comme les autres romans d'Aki Shimazaki (le poids des secrets), des secrets de famille, de carrière, de sentiments pèsent sur le narrateur et dramatisent le récit.

La forme 

C'est une écriture limpide, mais pas simple. Le roman est court, mais très émouvant et fort !
C'est doux, mais pas guimauve.
Le temps de ce roman est pour une grande partie concentré sur quelques semaines.

D'autres critiques de romans d'Aki Shimazaki?

Commentaires