Je suis Rage de Neil Jomunsi

Couverture Je suis Rage


Avis

Résumé en bas de page

Plantons le décor

C'est un autre monde : un monde où la réalité et le rêve se mélangent. Mais attention pas n'importe quels rêves (nous ne sommes pas au pays des bisounours et des licornes roses )!
Nos cauchemars plein de peurs, de haines, de rages s'incarnent et se concrétisent.
Le roman se penche sur une humanité lâche, qui se cache, qui perd la boule, qui a égaré ses valeurs. Beaucoup de personnages sont invisibles, cachés et parfois en pleine déchéance.
C'est ....
  • sombre : comme une cité des enfants perdus cauchemardesque
  • humide : d'une humidité oppressante comme dans Dark Water
  • apocalyptique : comme ...bien des films mais je peine à trouver le plus significatif et proche
  • d'une réalité au contour très flous : comme une "Armée des 12 singes"
  • sous terrain : comme un Undergound d'Emir Kusturica
S'il fallait désigner un dessinateur pour ce monde, c'est assurément Enki Bilal qui serait le plus adapté.

Les acteurs

J'aime que les personnages soient dans le doute et se battent contre eux même, leur propre nature. Excellent le roman en regorge !
Le roman n'est pas sans espoir de rédemption, de remontée. Mais s'il n'y a pas "d’ascenseur au fond des précipices" (cf Hubert-Félix Thiéfaine), tous ont des ressources pour changer le cours de leur histoire.

Sur la forme

C'est bien écrit. Des phrases recherchées mais travaillées pour maintenir une lecture avide de lire la suite.
C'est très visuel. Je me suis clairement passé les scènes du roman dans la tête.
C'est long (dans le bon sens du terme). J'aime lire. J'aime les romans qui ont de la matière à raconter. C'est bien le cas ici. Ce n'est pas une nouvelle étirée. C'est bien un roman qui ferait plus de 400 pages en papier.
Le plan du roman est bien établi et il y a des phases dans l'histoire qui s’enchaînent bien vers un dénouement (je n'en dirais pas un mot de plus).

Parenthèse numérique

C'est un roman qui a éclot dans l'écosystème numérique et qui mériterait une édition papier pour toucher encore plus de monde.
C'est ce que je lui souhaite !

En conclusion

C'est très bon, savoureusement long mais très sombre, parfois un peu gore et toujours à mis chemin entre l'imaginaire et le réél : tous les ingrédients que j'adore mais soyez prévenus !
Grâce au numérique, cet Objet Littéraire Non Indentifiable (à un autre) trouvera pour un très bon prix, une bonne place dans votre liseuse et vous emmènera dans la noirceur la plus délicieuse !

Références

  • Achetez le sur Immatériel.fr
    librairie qui indique clairement la présence de #DRM et qui n'en rajoute pas.
  • L'auteur a écrit "Jésus contre Hitler" une série bien plus déjantée mais aussi bien écrite

Un autre avis ?

  • Passez chez Dzahell pour voir ce qu'elle en pense !
  • Ou passez voir sur l'étagère si c'est un livre qui mérite de rejoindre la votre !
  • Ou chez Kylie Ravera

Résumé

Je cite :
"Hermann Heliophas a un problème: il déteste tout et tout le monde. Pour tout dire, il aurait même aimé ne jamais naître sur cette Terre. Le profond dégoût que lui inspire l'humanité a fait de lui un être asocial, méprisant et hautain, qui ose à peine sortir.
Mais les sentiments les plus noirs peuvent s'avérer dangereux.
Hermann remarque qu'une bosse lui pousse sur le haut du crâne. Cette bizarre excroissance, ne cessant pas de grossir, finit par devenir gênante, puis carrément inquiétante. Persuadé d'être atteint d'une tumeur fatale, il redouble de haine et de colère... jusqu'au jour où sa bosse explose, libérant une créature maléfique et sanguinaire qui sème la panique dans toute la ville. Hermann comprend alors que sa Rage s'est échappée.
Dorénavant libéré de ses propres démons, Hermann se lance à la poursuite de sa création. C'est alors que commence son voyage dans un Paris sombre et fantastique, aux souterrains hantés par d'étranges confréries, aux monstres de cauchemar et aux apparitions fantomatiques, peuplé de personnages fous et surprenants dignes du Pays des Merveilles.
Mais le pire des dangers demeure tapi dans l'ombre, et attend encore son heure...
Roman décalé, sombre et fantastique qui puise aussi bien son inspiration chez Ray Bradbury, H.P. Lovecraft, Lewis Carroll ou Lautréamont, «Je Suis Rage» mêle l’épique au merveilleux et entraîne le lecteur dans un tourbillon de nuées noires et rageuses.

Commentaires