dimanche 15 janvier 2017

Lecture "Zoulag: Le syndrome finlandais" de Stéphane Desienne



Dans un monde ou l'humanité est passée à deux doigts de l'extinction et à réussi à contenir l'épidémie zombie, imaginez un "Man Vs Wild" avec Bear Grylls poussé à l’extrême.
C'est donc une bonne courte nouvelle qui nous entraîne quelques part entre notre télé-réalisme et le post-apocalyptique.
Enfin post-apocalyptique... l'humanité n'a visiblement pas changé et s'intéresse toujours au sensationnel et au "show"
Efficace, mais court (bon c'est une nouvelle...)
Un petit Man vs Wild pour la route



mercredi 4 janvier 2017

Lecture : Bad Science de Ben Goldacre


Qu'est-ce que "Bad Science" ?

Ben Goldacre est un écrivain scientifique docteur en médecine, chroniqueur dans le Guardian dans la rubrique "Bad Science". Il a rassemblé dans ce livre ses articles, mais sous une forme bien plus étendue que dans le Guardian. Il passe au crible tout ce qui ne fonctionne, pas ou mal ou bizarrement dans et autour de la santé.

Tout y passe : alternatives à la médecine, laboratoires qui esquivent les règles les plus élémentaires de qualité, études "scientifiques" qui n'en ont que le nom, journalistes sans culture scientifique choisissant des "sommités" fictives, techniques des laboratoires pour embellir leurs résultats.

Mais ce livre n'est pas qu'une attaque en règle contre tout ce mal science.
C'est aussi une bonne occasion d'apprendre ce qui différencie un test clinique rigoureux d'une étude fantaisiste.
Notre mauvaise science est parfois volontaire, parfois malveillante, parfois naïve. C'est aussi un produit de notre culture qui cherche le remède, le produit qui marche tout le temps, pour tout.
Alors que la réalité est plus complexe. Il est alors bien tentant de se jeter sur la nouvelle étude non reproduite, non étayée.
 
J'ai aussi beaucoup appris sur les placebos. Ils ont fait eux-mêmes l'objet d'études, de comparaisons.
Leur effet est bien plus que le "cerveau agit sur le corps".

Un livre fascinant bien qu'un peu répétitif parfois (le livre rassemble des chroniques presque hebdomadaires à l'origine ce qui explique sans doute les redites)

PS : Attention c'est en anglais

Pour aller plus loin :
Bad science dans le Guardian

Citations :

I think that the social causes of these problems are arguably more interesting—and possibly even more amenable to intervention
Believing in things which have no evidence carries its own corrosive intellectual side-effects, just as prescribing a pill in itself carries risks: it medicalises problems, as we will see, it can reinforce destructive beliefs
All of these studies favoured homeopathy. All deserve to be ignored, for the simple reason that each was not a ‘fair test’ of homeopathy, simply on account of these methodological flaws
As Voltaire said: ‘The art of medicine consists in amusing the patient while nature cures the disease.’
People who are incompetent suffer a dual burden: not only are they incompetent, but they may also be too incompetent to assay their own incompetence, because the skills which underlie an ability to make a correct judgement are the same as the skills required to recognise a correct judgement
If I had a T–shirt slogan for this whole book it would be: ‘I think you’ll find it’s a bit more complicated than that’
The people who run the media are humanities graduates with little understanding of science, who wear their ignorance as a badge of honour
Research conducted at Cardiff University in 2007 showed that 80 per cent of all broadsheet news stories were ‘wholly, mainly or partially constructed from second-hand material, provided by news agencies and by the public relations industry
There is an almost linear relationship between the methodological quality of a homeopathy trial and the result it gives. The worse the study—which is to say, the less it is a ‘fair test’—the more likely it is to find that homeopathy is better than placebo
As George Orwell first noted, the true genius in advertising is to sell you the solution and the problem
We see causal relationships where there are none.
The claims that can be made in advertising and on packaging for food supplements and ‘borderline medical products’ are tightly regulated, but there are no such regulations covering the claims made by journalists.
We know that two sugar pills are a more effective treatment than one sugar pill, for example, and we know that salt-water injections are a more effective treatment for pain than sugar pills, not because salt-water injections have any biological action on the body, but because an injection feels like a more dramatic intervention. We know that the colour of pills, their packaging, how much you pay for them and even the beliefs of the people handing the pills over are all important factors. We know that placebo operations can be effective for knee pain, and even for angina. The placebo effect works on animals and children. It is highly potent, and very sneaky.
The placebo is not about the mechanics of a sugar pill, it is about the cultural meaning of an intervention, which includes, amongst other things, your expectations, and the expectations of the people tending to you and measuring you.
Two hundred patients with abnormal symptoms, but no signs of any concrete medical diagnosis, were divided randomly into two groups. The patients in one group were told, ‘I cannot be certain of what the matter is with you,’ and two weeks later only 39 per cent were better; the other group were given a firm diagnosis, with no messing about, and confidently told they would be better within a few days. Sixty-four per cent of that group got better in two weeks
Smoking, to everybody’s genuine surprise—one single risk factor—turned out to cause almost all lung cancer
Who puts the issue of social inequality driving health inequality onto our screens? Where’s the human interest in prohibiting the promotion of bad foods, facilitating access to healthier foods by means of taxation, or maintaining a clear labelling system?
The ones with dodgy methods of randomisation overestimate treatment effects by 41 per cent.
The memory of sugar, which is remembering something that was being remembered by water (after a dilution greater than the number of atoms in the universe) but then got passed on to the sugar as it dried
From the state of current knowledge, around 13 per cent of all treatments have good evidence, and a further 21 per cent are likely to be beneficial.
It turns out, depending on speciality, that between 50 and 80 per cent of all medical activity is ‘evidence-based’.
Either way. Today, similarly, there are often situations where people want treatment, but medicine has little to offer—lots of back pain, stress at work, medically unexplained fatigue and most common colds, to give just a few examples. Going through a theatre of medical treatment, and trying every medication in the book, will give you only side-effects. A sugar pill in these circumstances seems a very sensible option, as long as it can be administered cautiously, and ideally with a minimum of deceit.
Pseudoscience isn’t something done to us, by venal and exploitative outsiders: it is a cultural product, a recurring theme, and we do it to ourselves.
Scientific knowledge—and sensible dietary advice—is free and in the public domain. Anyone can use it, understand it, sell it, or simply give it away. Most people know what constitutes a healthy diet already. If you want to make money out of it, you have to make a space for yourself in the market: and to do this, you must overcomplicate it, attach your own dubious stamp.
They have sold children, at the most impressionable time of their lives, one very compelling message: that you need to take pills to lead a healthy normal life, that a sensible diet and lifestyle are not enough in themselves
Because they cannot find new treatments for the diseases we already have, the pill companies instead invent new diseases for the treatments they already have
There have been over a hundred randomised placebo-controlled trials of homeopathy, and the time has come to stop. Homeopathy pills work no better than placebo pills, we know that much. But there is room for more interesting research.
In some cases they will be people who turn their backs on the scientific method as a ‘flawed paradigm’; and yet it seems their great new paradigm is simply ‘unfair tests
Just because big pharma can behave badly, that does not mean that sugar pills work better than placebo, nor does it mean that MMR causes autism.

jeudi 22 décembre 2016

Relais de concours ! "Un Noël russe : un livre numérique à gagner"

http://fr.freeimages.com/photo/st-petersburg-11-1234189

La littérature Russe et Slave fut et reste une de mes grandes découvertes littéraires
Alors quand Aldus nous propose un concours avec la Bibliothèque Russe et Slave, je ne peux que relayer : Concours "Un Noël russe : un livre numérique à gagner"

Concours ou pas ... passez sur La Bibliothèque russe et slave

Mon conseil personnel serait "Le Brave Soldat Chvéïk" de Jaroslav Hašek. Un monument d'autodérision toujours très (trop) actuel.

samedi 10 décembre 2016

Lecture Zombie Nostalgie de Øystein Stene

Avis

Pas de zombies qui poursuivent des vivants en grognant dans ce roman.
Un "homme" Johannes van der Linden s'éveille sur une île.
Enfin un "homme"...
Un être sans passé, sans émotion ou plutôt habité par la seule émotion celle d'un manque. Manque de sa propre histoire, de sensations, de vie.
L'île est peuplée de gens comme lui des zombies. Ils forment une société exclue du monde et qui par certains côtés ressemble à un théâtre. On y joue la pièce "Faisons comme les humains". Mais comme tous ne sont pas vivants et n'ont que de très très vagues souvenirs alors la pièce est pathétique.
Johannes van der Linden va essayer de savoir comment on en est arrivé là et comment lui est arrivé là. A-t-il un passé ? Peut-il s'échapper et parcourir le monde ?
La question de fond posée par le roman est : qu'est-ce qui fait de vous un être humain. Vos souvenirs ? Ils n'en ont pas. Vos émotions ? Ils en ont très peu ? Johannes est à sa manière vivant. Il est vivant, car il veut savoir, il veut (re)découvrir son passé s'il y en a eu un. Il est en quête de réponses contrairement à la plupart des autres.
Point de vue intéressant pour ce roman, mais je reste mitigé :
  • Certaines questions restent absolument sans réponse. Johannes entame un voyage initiatique à la recherche de son hypothétique passé. Que les zombies aient un passé ou pas : Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Ils ne peuvent pas apparaître comme ça sur une île en plein milieu de l'océan. non ?
  • le récit subit aussi le contre-coup d'être raconté par un zombie. Il nous narre son histoire comme s'il était le passager d'un corps étrange et un peu apathique. C'est un peu froid et détaché. D'un autre côté, je ne m'attends pas à trouver de la chaleur humaine...

Autres histoires de zombies :

Citations

Pour lui, le plus ennuyeux n’était pas qu’il soit mort. Ni qu’il soit obligé de séjourner dans cet endroit abandonné des dieux. Certes, c’était pénible. Mais le pire, c’était la bureaucratie labofnienne
Une porte fermée à clé serait plus riche en promesses qu’une porte ouverte. Une porte fermée à clé signifierait qu’on me gardait prisonnier. Qu’on ne voulait pas que je m’évade. Que cela valait la peine de me séquestrer. Que de l’autre côté il y avait quelque chose que je ne devais pas découvrir. Être emprisonné aurait un sens ; une porte fermée à clé impliquerait des causes, une cohérence, une logique

mardi 6 décembre 2016

Polar Islandais : Étranges rivages - Arnaldur Indriðason


Chronique

C'est curieux cette tendance à faire des classements, vous ne trouvez pas ? À placer le 1er, le 2d ... Moi aussi je vais céder à cette manie en plaçant ce roman en haut du classement des romans d'Arnaldur Indriðason. C'est un peu osé et pour deux raisons.
  • Je n'ai pas tout lu ! J'ai même sciemment évité quelques romans. Lesquels ? Ceux sans Erlendur. Pourquoi ? C'est lui le cœur de l'intrigue, le moteur qui pousse tout le monde à chercher, à parler du passé, à donner des indices malgré eux.
    Pourquoi ? Pour des disparus, mais surtout pour ceux qui sont restés. Sans réponses...
    Erlendur est lui-même hanté par la disparition de son jeune frère et l'inavouable culpabilité ("si ...") qui l'accompagne.
    Jetez un œil à la citation ci-dessous...
  • L'autre raison : ce roman est comme un sommet. Si on vous y dépose sans avoir approché, escaladé alors quel intérêt ? Le panorama sera beau ou poignant... mais pour apprécier, appréhender pleinement ce roman il faut avoir passé du temps avec l'homme qui ne peut, ne veut pas expliquer ou transmettre ce qui le poursuit.
Alors, lisez les autres romans d'Arnaldur Indriðason. Ceux qui parlent d'Erlendur et plongez-vous ensuite dans ce tome.
C'est le plus personnel. C'est le tome Erlendur. Celui où il essaye de solder les comptes à sa façon : en s'intéressant aux autres disparus, en parlant, en laissant parler, en respectant les silences, en suivant son intuition et peut-être à la fin en se délivrant lui-même.

Citation

Une citation qui cerne très bien Erlendur :
S’agissant des disparitions, le temps ne changeait rien à l’affaire. Certes, il finissait par endormir la douleur, mais il en faisait la compagne quotidienne de ceux qui restaient en la rendant plus profonde, plus sensible, délicate, d’une manière qu’il ne s’expliquait pas vraiment