jeudi 11 juin 2015

Roman : Carnet rose d'un apprenti boucher de Grégory Marin

Résumé

Allez lire le résumé chez NumerikLire

Avis

Je vais faire cette critique en tentant de comparer ce roman à des écrivains, personnages et films que je connais.
  • Céline
    Il y a du Céline dans ce roman. L'humanité y est sordide et désespérante. Pas de rédempteur ni de guide. Tout le monde est perdu dans une société qui broie l'individu.
    Le personnage principal est ambigu : à la fois victime et bourreau.
    Le style est un mélange d'argot et de vocabulaire relevé... Comme Céline qui avait reproduit dans son style une partie du français parlé d'alors.
  • Bernie Noël
    Le personnage est lui aussi un orphelin. Contrairement au film de Dupontel il n'est pas à la recherche de paternité, mais comme Bernie il a ses propres valeurs. Il est comme hors du monde banal et commun.
    Comme dans Bernie, les gens simples sont ceux qui sont au coeur de l'histoire. Les puissants, mais surtout ceux entre les deux écrasent volontiers ceux plus bas qu'eux.
  • Malaussène
    Par la complicité qu'il a avec certains policiers, surtout ceux qui ont du métier. C'est cependant un aspect beaucoup moins développé que la relation Pastor-Malaussène.
  • Thomas Fiera
    Le tocard, les bas du front, les hypocrites en prennent pour leur grade. Et il y a une belle galerie de salauds !
  • Le brave soldat Chveik
    Au fur et à mesure, le personnage de Benoit glisse d'un être désabusé, mais fin connaisseur des crasses de la vie à un naïf qui ne comprend pas du tout vers quel paradis explosif ont l'emmène.
    C'est la dernière partie qui m'a le moins emballée. Elle n'est pas cohérente avec le reste.
    J'aurais aimé que l'auteur emmène le personnage vers d'autres
C'est un roman plein d'humour, de personnages attachants ou au contraire méprisables qui vous emmène vers un final inattendu. Il dépeint avec brio l'hypocrisie ambiante.

La bouffe est un élément central de toute la narration et de la vie de Benoit. Oui je dis bouffe, car nous ne sommes pas dans la haute cuisine !

Note

Cette lecture est garantie sans service de presse


Où le trouver ?

Chez 7 switch bien sur ...

jeudi 4 juin 2015

Roman : L'Homme-glaïeul de Laurent Pinori

Avis

Je vous laisse lire le résumé chez NumerikLire. C'est un résumé intriguant n'est-ce pas ?

Je m'attendais à trouver beaucoup de fantastique autour de cette "mutation". J'ai trouvé que ce sujet était quelque part un sujet annexe sans être négligé pour autant. Et pour de bonnes raisons !

Le sujet principal est Pedro.
Et c'est un roman comme je les aime. Ce n'est pas un instantané bref et fugace d'une vie hors du commun. C'est au contraire l'itinéraire de vie d'un enfant qui se confronte aux secrets de sa naissance, aux autres enfants plus ordinaires, à un monde adulte. Pedro a sans qu'il le sache un fil de vie. Il est son propre guide. Il a sa propre noblesse. C'est davantage son caractère que sa biologie qui guide ses pas. Un personnage intéressant complexe et que le roman laisse s’épanouir.

Les personnages secondaires ne le sont pas vraiment. Peu nombreux, ils sont à la fois bien décrits et présents tout en gardant une appréciable zone d'ombre. L'auteur a clairement un regard attendri pour ses personnages. Chacun a ses forces et ses faiblesses qui ne sont pas jugées. Des personnages tout simplement humains.

L'intrigue est très prenante. Parfois l'auteur révèle le destin futur de ses personnages. Sur le coup, je trouvais que le procédé gâchait le suspens. Mais quelques lignes plus loin, l'histoire m'emmenait à ma plus grande surprise vers des rivages tout à fait inattendus, des rencontres étonnantes.

Le roman se passe en Amérique du Sud. Tout le roman baigne dans une très agréable ambiance faite de soleil, d'humidité, d'humus, de plantes,de chaleur.

Le style est limpide, agréable et à la fois suffisamment soutenu.

En conclusion un livre fantastique dans tous les sens du terme.

Achat

je vous recommande l'achat chez 7switch. Grâce à la politique de l'éditeur il est vendu à bon prix et sans DRM !


 

Note : 

Cette lecture est garantie sans Service de Presse

samedi 30 mai 2015

Roman Science-Fiction : Les Dividendes de l'Apocalypse de Stéphane Desienne

Mon résumé

Dans le futur, le "nouveau Vatican" a élu domicile sur une planète à l'écart de l'humanité et de sa frénésie de conquête et d'expansion spatiale. Nous suivons Janssen le bras droit et presque dernier soutient du Pape.
Ce dernier ne peut que rester impuissant face à l'ascension du cardinal Valero à la tête de l’Inquisition.
Mais soudain un mystérieux artéfact est découvert : une sorte d'Archive informatique d'origine inconnue.

Mon avis

J'ai vraiment passé un excellent moment à lire ce roman. Il mélange avec talent : intrigue, lutte de pouvoir, fin du monde, religion, espace, futur. Il pose un cadre intéressant.
Je serais heureux de retrouver, dans un autre roman, ce "nouveau Vatican" replié sur lui même, mais tenaillé par l'envie de reconquérir cette humanité dispersée dans la galaxie. Il y a des personnages qui ont du potentiel !

Le roman est bien écrit. Les personnages peu nombreux qui sont à la fois bien décrits et gardent leur part d'ombre. Une bonne base pour d'autres romans ?
Le rythme est bien dosé. Après avoir posé, les acteurs principaux, la lutte pour le pouvoir et l'apparition de l'Artefact mènent la danse jusqu'au dénouement final.

Je n'aurais que deux conseils :

Pour les lecteurs : pas d'hésitation lisez le ! Science-fiction et religion sont deux bons ingrédients bien mélangés

Pour l'auteur : Encore !

Une bonne lecture qui m'a rappelé par certains côtés "Hypérion"

Où le trouver ?


Je n'aime pas les boîtes noires.