jeudi 11 décembre 2014

Ératosthène de Thierry Crouzet

Couverture

Avis

Livre multiple Ératosthène est peu commun. Rédiger un avis sur une œuvre aussi riche est peu aisé.

  • C’est un roman historique extrêmement contemporain. La couverture en est une très bonne illustration d’ailleurs. Les combats, les questionnements sont actuels, très actuels. Tellement actuels
  • C’est l’histoire d’une vie. J’aime les romans qui me permettent de suivre un personnage depuis l’adolescence jusqu’au terme. On vit avec lui. On évolue aussi avec lui.
  • C’est un voyage initiatique. Il rejoint par bien des côtés le livre que je préfère entre tous “Siddhartha” d’Hermann Hesse. Comme Siddhartha, Ératosthène refuse de fonder son propre mouvement, d’y embarquer des disciples. Il trace une voie, sa voie, celle de la culture au vrai sens du terme.
  • C’est un voyage philosophique au vrai sens du terme. Ératosthène croise ou est au contact de multiples mouvements de pensée. Il construit sa propre image du monde et le partage avec nous. Chaque courant de pensé, chaque école s’insère très bien dans le récit.
  • C’est une très intéressante observation de la vie qui nous est offerte. J’ai rarement autant pris de citations en note. Il y a beaucoup de passages qui méritent une lecture lente et approfondie (voir une relecture).

La lecture en est passionnante. Les chapitres sont courts. Autant la lecture d’un roman d’Umberto Ecco peut être ardue autant la lecture d’Ératosthène est fluide et incisive.

Bonus

Je l’ai lu en eBook (9.99€ su immatériel sans DRM) et en bonus on peut découvrir en fin de roman la genèse du roman. L’écriture fut longue. Les versions furent multiples. Le résultat est excellent et découvrir ce processus, ce chemin est une excellente idée.

Conclusion

Très gros coup de cœur pour ce roman que je le sais déjà je relirais. Un roman qui ouvre des portes.
Je l’ajoute au Top de mes lectures.
Allez faire un tour sur la page de l’auteur

Résumé

Au IIIe siècle av. J-C, Ératosthène a inventé la géographie et mesuré
la Terre. Directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, poète,
mathématicien et surtout philosophe de la liberté, il est tombé dans
l’oubli pendant deux mille ans. Nous le redécouvrons plus vivant que
jamais dans un roman historique qui nous plonge dans l’Égypte et la
Grèce antiques.

Ératosthène a cherché le bonheur dans un temps de grands
bouleversements, siège d’inventions révolutionnaires et d’une barbarie
sans nom. Toute ressemblance avec notre époque n’est pas involontaire.
Cet homme de l’Antiquité nous initie à notre modernité.

mardi 2 décembre 2014

Manga "I am a hero" - Zombies au pays du soleil levant avec Kengo Hanazawa

I am a hero - couverture du tome 1

Préambule

Je vous conseille mon fournisseur officiel de manga, bd et jeux de sociétés :
Les Arts Frontieres
34 Grand’Rue - 01210 Ferney-Voltaire
près de Genève

Attention spoiler

Je vais chroniquer au fur et à mesure les différents tomes. N’allez pas trop loin dans la lecture de ce post.

Synthèse

Les paragraphes ci dessous ayant été rédigé au fil de la lecture, je vais synthétiser ici mon ressenti sur cette série non encore achevée.
Qui dit série dit qualité des tomes inégaux.
Certains tomes sont de la pure action, d’autres sont beaucoup plus introspectifs, d’autres font des détours de narration. La qualité moyenne et l’intérêt global sont bons.
Qui dit zombies dit comparaison avec “The Walking Dead”.
“I am a hero” tombe beaucoup moins dans le travers : rencontre communauté -> mais c’est des malades -> attaques y compris de zombies -> fuyons -> comptons les morts.
La série reste japonaise :
  • on ne pille pas (on paye même les magasins abandonnés, le taxi, …)
  • on n’est pas armé (le personnage principal étant justement une exception !)
Le personnage principal n’est pas un héros. En fait tous les personnages n’en sont pas. Ce sont pour la plupart des jeunes vivant en dehors de la société. Certains même vivaient en reclus dans leur chambre. Isolés, ils ont donc été épargnés lors des premières phases de l’épidémie. Maintenant que la société qui les opprimait (il faut le dire) a disparu ils tentent de survivre et peut être de construire autre chose.

Tome 1

Hideo Suzuki a 35 ans. Il est mangaka. Il mène une vie qu’il trouve lui même médiocre.
Je le cite :
Je me fiche de ne pas être un héros ! Mais je veux au moins être le
personnage principal de ma vie.
Il a des Tocs. Il a au moins un ami imaginaire. Il a des peurs.
Ses amis/collègues mangakas vivent eux aussi dans une misère relationnelle angoissante.
On peut découvrir le travail de mangaka (enfin assistant) : dur, aux délais courts, aux coups de bourre nocturnes, mal payés, mal considéré.
L’auteur en profite pour donner quelques coups de canifs au milieu du manga impitoyable pour ses ouvriers de l’ombre.

Tome 2

La confrontation avec les zombies commence. Et elle commence par la petite amie.
Mais comme dans tous les films et le livres traitant des zombies, aucun des protagonistes n’a jamais entendu parler de zombies avant ! Donc personne ne comprend ce qui se passe et ne réalise la gravité de la situation.
Dans “I am a Hero”, les zombies ne sont pas des légumes errants sans but. Ils sont au comme obnubilés ou bloqués sur leur principale ou dernière motivation. Cela va de l’amour le plus dévorant à la poursuite des locataires. Un large spectre qui peut être intéressant.
Pas d’ambiance à la Walking Dead pour l’instant. Personne ne prend son fusil pour faire main basse sur une zone. Même Hideo a toujours peur de perdre son port d’armes s’il utilise le sien.
La société ne part pas en chaos. Hideo paye son taxi même si le conducteur est un peu spécial. On composte son ticket en sortant de la gare infestée … Étonnant non ?

Tome 3

Ce tome ce concentre surtout sur les peurs d’Hideo. Parfois pris d’hallucination celui va passer seul (?) une nuit dans la forêt sans feu et sans lumière. Il est dans ce tome son pire ennemi.
On rencontre aussi un nouveau personnage. Quel est sont devenir pour le restant de la série ?
A voir dans les tomes suivant … après ce tome de transition.

Tome 4

Rencontre capitale : Hideo croise le chemin d’une adolescente.
Ils vont essayer de survivre ensemble (Pour combien de tomes ?).
La plus grande difficulté d’Hidéo semble être de se retrouver au contact proche d’autres être humains (sains !).
Petit bémol qui s’appliquent à tous les tomes : certaines scènes sont un peu confuses et sombres. Les infectés ont parfois des positions bizarres et s’ils surgissent de l’ombre (exemple dans la forêt).
Ce n’est toujours pas une histoire de zombies américaine. On ne croise pas sans cesse des groupes de survivants lourdement armé et belliqueux.
Hidéo a des scrupules quand il ne paie pas ce qu’il prend au combini…

Tome 5

Un tome différent : Hidéo et Hiromi se mêlent à la foule en quête illusoire d’un sanctuaire au mont Fuji.
L’histoire prend un peu de recul et parle d’une sorte de prophète Kurusu. Qui est-il ? Est-il la source ?
Hidéo et Hiromi font une rencontre providentielle … Le début d’un trio ?
Bonus : Quelques petites vues d’Osaka et de Kyoto

Tome 6

Le tome 6 prend un tour plus original. Comme dans “Je suis une légende”, les infectés ne sont pas des rodeurs décérébrés. Il reste un fond d’humanité.
Spoilers
Hidéo et Hiromi forment dans ce cadre un “couple” peu ordinaire. Et oui Hiromi s’est faite mordre. J’ai cru un moment qu’elle allait se transformer en infecté irrécupérable… Heureusement elle se rappelle de son humanité et veut protéger Hidéo.
Je verrais dans les tomes suivants ce qu l’auteur va faire de ce “couple”.
Points de ressemblance :
Hidéo et Hiromi me rappellent “Warm Bodies”
On rejoint une communauté dans un centre commercial. Communauté qui j’espère ne tournera pas mal “à la walking dead”.

Tome 7

Un tome plus traditionnel dans le monde de la littérature zombie : une communauté, des leaders pas très nets, voir des petits dictateurs frustrés.
Mais dans la série, l’infection permet à tout une série de personnes qui passaient inaperçue ou pire étaient ostracisés, prendre leur revanche. Une revanche malsaine.
Hidéo heureusement n’a pas cet esprit de revanche.
Pour plusieurs personnages la société est maintenant bien plus franche et quelque part pas plus violente mais simplement d’une violence plus démonstrative. Les cartes sont redistribuées.
Certains croient toujours aux anciennes règles du jeu. D’autres créent leur propres règles.
PS : Les couvertures sont assez éloignée de l’histoire racontée dans le tome

Tome 8

Un tome d’action pure.
Fini les discussions. Fini la communauté et ses leaders discutables.
Le carnage est au rendez-vous.
Hidéo assume enfin et utilise son fusil. Pas mal de personnages terminent leur parcours ici.
En fin de tome, on apprend que le suivant se passe à Taïwan… Pourquoi ? Retrouvera-t-on, Hideo plus tard ?

Tome 9

Un quart du tome se passe à Taïwan avec de nouveaux personnages sans lien flagrant avec Hideo. Ils sont justes en voyage de reconnaissance pour un futur manga. Intéressant, mais je me demande toujours ce cet aparté apporte au récit.
Mais les deux tiers de ce tome concernent Hideo, une rescapée du centre commercial (Yabu) et Hiromi qui est blessée et inconsciente.
Hideo s’affirme de plus en plus dans un mini road movie.
Un tome intéressant et bien écrit mais un tome de transition : Hiromi est blessée et inconsciente mais faiblement contaminée (elle est partiellement consciente). Sera-t-elle “sauvée” dans un tome ultérieur ?
Anecdote : En pleine apocalypse zombie, Hideo trouve un distributeur d’eau et paye sa boisson….
On comprend bien pourquoi ces distributeurs omniprésents au Japon ne sont pas vandalisés

Tome 10

Excellent tome qui exploite tout ce qui fait la spécificité de ce manga : zombies qui ne sont pas des légumes et anciens “reclus”.
Hideo et Yabu soignent Hiromi dans une clinique vétérinaire (les hôpitaux sont un peu trop …infectés). Hiromi qui est d’ailleurs un peu consciente. Elle est comme plongée dans un cauchemar éveillé dont elle ne peut sortir.
Hideo cesse d’être en retrait.
Ensuite nous retrouvons un dialogue entre survivants : ceux qui vivaient reclus dans leur chambre connectés au Net.
Ce dialogue voit surgir Kurusu (le prophète évoqué quelques tomes avant). Kurusu vivait visiblement en reclus et le voilà transformé en ange exterminateur de zombies. Il vient au secours de Takashi pour le sortir de sa chambre-prison. Il a des compagnons. Nous verrons dans le tome suivant quel genre de groupe suit Kurusu.

Tome 11

Tome exclusivement dédié à la découverte du groupe de Kurusu. Groupe constitués de jeunes entourés de Zombies qui rêvent d’un autre monde. Kurusu reste énigmatique.
Le groupe n’est pas sans problème et a une attitude ambiguë vis à vis des zombies : peur, fascination, …
Il étudient leurs habitudes et comportements qui donnent quelques indices pour l’instant inexplicables.
Le groupe décide en fin de tome d’aller voir une école proche suite à un contact radio.
Entreprise risquée. Les tomes suivant n’étant pas encore parus en français, il va falloir patienter…

Tome 12

à paraitre

Tome 13

à paraitre

Tome 14

à paraitre

Tome 15

à paraitre

Résumé

Hideo Suzuki, un ancien mangaka paranoïaque dont la petite amie, Tekko, est elle-même mangaka en devenir, essaie de retrouver le succès en présentant un manga de sa production. Grâce à l’argent que peut lui rapporter le manga, il veut acheter une maison pour y vivre avec elle. Cependant il ne remarque pas les prémices d’une épidémie qui transforme les personnes en monstres sanguinaires. Alors que l’infection se répand à travers le Japon, peut-être même le monde entier, Hideo tentera de survivre à l’épidémie et assistera à la destruction de la société japonaise sous la horde d’infectés et des survivants qui ont pour la plupart abandonné eux aussi toute humanité.