mardi 28 octobre 2014

Le fils de la maîtresse de Pétain de Hervé Torchet

Pochette

Avis

Fond

Le roman nous fait (re)vivre pas seulement la période de la deuxième guerre mondiale aussi l'immédiat après quand la France cherchait à obtenir le plus de réparations possible de l'Allemagne. Une France qui ne se rendait pas compte que ça place dans le monde avait changé.
Nous suivons Jean Ravel fonctionnaire diplomate, issu d'une famille aisée, doutant toujours de l'influence de son père biologique sur sa propre carrière. Contrairement au Maréchal, c'est un humaniste. Il se met lui même au service de la France, mais pour un résultat très différent !
Une lecture recommandée à l'heure où certains médiocres se lancent dans la réécriture de l'histoire française. Point de résistance faite de coups d'éclat, mais une résistance de raison, de fond. La résistance non pas d'un héros, mais celle d'un poète.

Ma réserve

Comme tout roman historique et biographique, la question centrale subsiste : Comment différencier ce qui est romancé de ce qui est vérité historique ?

Style

Très bien écrit. À mon plus grand plaisir, le vocabulaire est riche.
L'auteur a t-il cherché à reproduire en quelque sorte le style de l'époque ?
Le résultat est une écriture distinguée, fine et sans lourdeur.

Résumé

Automne 1942. Jean Ravel, muni du précieux laissez-passer signé de la main du Maréchal Pétain, arrive à Paris où il va rejoindre la Résistance. Être le fils de la maîtresse de Pétain, le protégé du Maréchal depuis son enfance, ne va pas lui faciliter les choses. Les soupçons viendront des deux côtés, mais Jean avancera vers son but, restructurer et réorganiser le ministère des Affaires étrangères pour que la France retrouve sa splendeur et son influence internationale, quand les Alliés auront renvoyé les folies de Berlin dans les soupiraux des bas-fonds de l’Histoire, et qu’aura disparu à tout jamais la souillure de la collaboration. Les dangers autour de Jean sont nombreux, d’autant que le Maréchal sert l’Allemagne avec tant de zèle qu’il encourage les Français à collaborer et tolère que l’on arrête des enfants juifs jusque dans la propre ville où il a établi ses quartiers... Et Jean, dont l’épouse a des racines juives, ne sait plus que faire pour mettre en sécurité sa femme et ses enfants.

Construit à partir d’une histoire vraie, ce roman historique, au travers de la vie de Jean Ravel, braque ses projecteurs pour mettre en lumière un pan de la période de l’Occupation, au moment où le sens de l’Histoire amorce la bascule qui amènera à la Libération. Mais le chemin en est long et douloureux.

Où le trouver ?

Chez NumerikLire sans DRM et à bon prix

dimanche 19 octobre 2014

Les Japonais 日本人 de Karyn Poupée

Les Japonais

Avis

Embarquez-vous pour une découverte en profondeur du Japon et de la culture japonaise.
Un nombre incroyable d’aspects sont abordés :

  • Histoire (du XXème siècle à nos jours)
  • Politique
  • Entreprises (on découvre par exemple comment furent fondées les entreprises de Takyubin)
  • Culture
  • Transports
  • Société
  • Médias
  • Éducation (quoiqu’un peu bref sur le système éducatif)

On s’aperçoit qu’entreprises, services et produits sont absolument indissociables du Japon : le mode de fonctionnement des entreprises, le marketing, les produits ne peuvent se retrouver ailleurs.
Je pourrais donner en exemple le Shinkansen.
Serait-il aussi ponctuel, propre et rapide ?

  • si les passagers n’attendaient pas les uns derrière les autres sur le quai
  • avec des bagages volumineux (les Japonais utilisent le service de Takyubin).
    Le Shinkansen ne pourrait pas stopper aussi brièvement en gare avec des passagers chargés.
  • dans un autre contexte géographique (grands centres urbains)
  • dans un autre contexte (la première ligne fut ouverte juste avant les jeux olympiques de 1964)
  • Sans l’expertise technologique japonaise

C’est passionnant. Extrêmement bien documenté.

La culture populaire (manga, cosplay, …) est présente, mais occupe proportionnellement dans le livre la même place qu’elle occupe dans la société japonaise : c.-à-d. très peu. Le “soft power” du Japon à l’étranger présente en effet une image disproportionnée.

Le ton général est très enthousiaste.
J’ai trouvé le traitement très favorable au Japonais.

Par exemple : Toyota.
Je ne nie pas la mise en œuvre géniale de principes de productions qui place l’amélioration permanente au cœur de l’entreprise. Mais une compagnie qui rappelle 6 millions de véhicules dans le monde devrait être examinée en prenant plusieurs points de vue contradictoires.

Aucun aspect négatif n’est occulté ni minimisé. Cependant, les chapitres consacrés aux problèmes et dysfonctionnements sont beaucoup plus brefs que les autres.

Je me suis même posé la question en partant de ma propre expérience.
En tant qu’expatrié (de niveau 0 car passer de la France à la Suisse francophone ce n’est pas grand-chose), ai-je un regard valorisant autant mon nouveau pays ? Est-ce que je prends plus facilement conscience des défauts de mon ancienne patrie ?

Format

J’aurais aimé le lire en eBook. Cela facilite grandement la prise de notes. Le livre aurait pu être enrichi de renvois et mis à jour.
C’est d’ailleurs une deuxième édition que j’ai eu en mains.
Les ajouts postérieurs au 11 mars 2011 sont absolument essentiels.
Un livre papier reste définitif une fois imprimé. Un eBook permet d’augmenter le contenu surtout à la lueur de nouveaux évènements

Conclusion

En conclusion, c’est un hymne au génie japonais qui vous fera découvrir presque toutes les facettes du Japon.

Résumé

Au Japon, mégapoles surpeuplées, transports saturés, violences des
rapports sociaux côtoient créativité, solidarité nationale,
perfectionnisme et politesse. Terre de contrastes, l’Archipel
s’enorgueillit de marier technologies de pointe et coutumes1
ancestrales. Témoin alerte et passionnée, Karyn Poupée scrute la vie
quotidienne des Nippons et décrypte les ressorts historiques et
socioculturels du fonctionnement troublant de cette société unique.
Elle peint ainsi un tableau nuancé du pays du Soleil-Levant et de ses
habitants. Sorti exsangue de la Seconde Guerre mondiale, le pays est
devenu en l’espace de quelques décennies la deuxième puissance
économique planétaire. Aujourd’hui, après sa rétrogradation derrière
la Chine et l’accident de Fukushima, le Japon se trouve confronté à de
nouveaux défis.

Journaliste installée au Japon depuis 2002, correspondante permanente
de l’Agence France-Presse (AFP) à Tokyo, Karyn Poupée a reçu en 2009
le prix Shibusawa-Claudel pour ce livre salué par la critique tant
française que nippone.

dimanche 5 octobre 2014

Japonais : Manger au restaurant

Voici quelques liens utiles pour mieux commander au restaurant

Japon pratique a publié un article très pratique :
Mots Japonais : Phrases-clés au restaurant pour un bon séjour

La Japan Society a publié des vidéos sur Youtube
  • La leçon 14 contient en plus de bonnes structures de phrases :
  • La leçon 15 contient surtout des expressions :
  • La leçon 16 est un dialogue qui récapitule le tout :

jeudi 25 septembre 2014

Les Annales du Disque-Monde, Tome 12 : Mécomptes de fées - Terry Pratchett

Avis

Beaucoup de contes dans ce roman. Ils ne sont pas traités comme dans un Disney : les marraines fées sont trop sorcières aux caractères bien trempés,  l'animal de compagnie est un chat bien particulier pas du tout mignon, on boit au delà de toute limite, etc.
Et les remarques sont bien senties.

Le chat qui s'appelle Gredin vaut le détour. Quelques exemples :
"l’une d’elles avait récupéré son chat qui venait d’acculer un taureau désorienté de deux cents kilos et cherchait à le jeter en l’air, histoire de jouer un peu avec lui".
"Il s’était enfoncé au trot dans les bois, était tombé sur quelques loups, s’était assis et leur avait souri jusqu’à ce qu’ils se sentent mal à l’aise et fichent le camp"
Bémols :
  • Madame Gogol parle en créole. Créole qui est retranscrit à l'excès et rend la lecture des dialogues trop difficile.
  • Mon personnage favori LA MORT est très peu présente.
Mon conseil : Ne pas lire de roman de disque-monde de façon trop rapprochée. Laisser passer du temps. Vous replongerez avec d'autant plus de bonheur dans ce monde burlesque et pittoresque.

Histoire

Une mission de tout repos pour trois sorcières de haut vol (Air Balai) : empêcher les épousailles d’une servante et d’un prince. Pas de quoi impressionner Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat Goussedail. Oui, mais :
1. Ça se passe à l’étranger (beurk !), dans la cité lointaine de Genua.
2. Que faire d’une baguette magique de seconde main qui ne sait que transformer les choses en citrouille ?
3. Comment s’opposer au pouvoir irrésistible des contes s’ils sont manipulés par la redoutable « bonne fée » Lilith ? N’est-ce pas le merveilleux destin d’une servante que d’épouser le prince ? Comme celui des mères-grands de se faire dévorer par le loup ? Tel n’est pourtant pas l’avis de madame Gogol, la sorcière vaudou des marais de Genua. « enco an piti zassiette di gombo, ma chè ? »

lundi 22 septembre 2014

Gen d'Hiroshima, tome 4 - Keiji Nakazawa

Ils ont réchappé à la bombe. Les survivants de la famille sont réunis. Maintenant, il faut survivre. Ne pas mourir de faim est déjà un exploit. Et là pas de solidarité entre les survivants. Adultes et enfants sont impitoyables. Les plus forts s'organisent. Les yakuzas profitent du fait que la police soit discréditée et pratiquement absente. 

Les victimes de la bombe ne sont pas soutenues au contraire ! Il suffit de perdre ses cheveux pour être humilié et rejeté.

C'est le tome des premiers contacts avec les Américains. Gen mesure alors la différence entre la propagande, les rumeurs et la réalité. Ils ne sont pas les monstres de la légende. Mais ils profitent de la situation.

Comme les autres tomes, c'est dur. La narration passe parfois en une seule case de la plus grande joie au désespoir le plus total.

S'il ne fallait lire qu'un seul manga, ce serait la série "Gen d'Hiroshima"

Lisez mon avis sur le tome 3

L'histoire

Dans ce quatrième volume de la saga Gen, les membres rescapés de la famille Nakaoka sont enfin réunis. L'action, moins condensée que dans les trois volumes précédents, se déroule sur deux années, qui correspondent aux débuts de l'occupation américaine et à la découverte des conséquences mortelles des radiations nucléaires. Dans un pays en ruines où règnent désormais le non-droit et la loi du plus fort, le jeune Gen continue d'inventer, pour lui, sa famille et ceux qui croisent leur chemin, des moyens de survie.